+58 (212) 267-9828+58 (212) 267-9943

Diego Salazar

La vie de Diego Salazar a été une lutte continue contre l’injustice et les inégalités. Animé d’une volonté de faire changer les choses, il devint militant auprès de la Jeunesse communiste du Venezuela en 1956, alors qu’il n’était âgé que de 16 ans, et rejoignit la révolte étudiante contre la dictature de Marcos Pérez Jiménez, au sein de l’Université centrale du Venezuela. Son insatiable soif de justice le conduisit à participer à l’historique grève universitaire de 1957 et lui permit, par la suite, d’endurer la détention et les actes de torture que lui fit subir la terrible Seguridad Nacional (« sécurité nationale », police politique).

À la suite du mouvement qui renversa le dictateur Marcos Pérez Jiménez le 23 janvier 1958, Diego Salazar fut libéré, ainsi que d’autres prisonniers politiques du régime, et il retourna à l’université. Plus tard, il fit partie du premier groupe de jeunes communistes à recevoir une formation militaire dispensée par des officiers en service dans les Forces armées nationales. Lorsque la lutte armée débuta, il se retrouva en tête de la première brigade du mouvement des Forces armées de libération nationale (FALN, Fuerzas Armadas de Liberación Nacional).

En avril 1966, il accompagna Douglas Bravo lors de la division du parti communiste vénézuélien et organisa, au niveau national, les premiers centres urbains composant le Parti de la révolution vénézuélienne (PRV). Peu de temps après, il prit la direction nationale urbaine du Front de libération nationale (FLN-FALN).

Le 18 septembre 1971 il fut emprisonné avec Francisco Prada et Tirso Alberto Meléndez, et à nouveau torturé mais cette fois sous un régime démocratique ; il fut ensuite traduit en justice pour cause de rébellion militarisée. Il fut libéré en 1974 et prit la direction du mouvement politique Ruptura.

Le 23 janvier 1975, soit cinq jours après l’évasion historique de 23 révolutionnaires qui s’échappèrent de la caserne San Carlos après avoir creusé un tunnel, Salazar fut arrêté et incarcéré pour la deuxième fois dans cette même prison. C’est là qu’il écrivit le recueil de poèmes Después del Túnel (« Après le tunnel »), qui sera publié en 1976. En raison de ce recueil, un nouveau procès militaire fut intenté contre lui alors qu’il était toujours prisonnier. En 1978, il écrivit et publia depuis sa cellule un second livre de poèmes, intitulé Los Últimos Días de Pérez Jiménez (« Les derniers jours de Pérez Jiménez »).

Libéré fin 1978, Diego Salazar s’engagea à nouveau dans le combat politique et devint membre du Comité politique national de Ruptura. Durant cette période, il travailla comme journaliste, écrivant pour Últimas Noticias et El Mundo (des journaux de Caracas), et fut responsable de la rédaction de la revue Ruptura Continental, pour laquelle il obtint un entretien exclusif avec le célèbre écrivain argentin Julio Cortázar.

En 1992, il fit partie du groupe de civils qui participèrent aux soulèvements militaires de février et de novembre. En 1999, il fut élu député à l’Assemblée constituante par l’État de Carabobo et plus tard, en tant que membre de la direction nationale du Mouvement pour la Cinquième République (MVR-200), il devint Secrétaire des relations internationales.

Il décéda à l’âge de 63 ans le 19 mai 2003, à la Clinique Santa Sofía de Caracas.

Des Oeuvres édités par la Fondation

Après le Tunnel par Diego Salazar

Les Derniers jours de Pérez Jiménez par Diego Salazar

Des poèts
d´Amérique / Anthologie éditée par Luis Llamo